L’ADUTT – Association de développement de l’Univertité de Technologie de Troyes – est une association loi de 1901.

Depuis plus de 25 ans, l’ADUTT a été la petite goutte d’huile permettant de régler certains problèmes rencontrés par l’UTT, ses étudiants et ses professeurs. L’association est aujourd’hui déclarée d’intérêt général et
ses membres sont majoritairement issus du secteur marchand. Pour beaucoup chefs d’entreprises, ils proposent d’apporter leurs conseils et leur assistance aux étudiants, enseignants et personnel de l’Université de Technologie de Troyes.

Un peu d’histoire

Au départ il y avait une ville terne au beau milieu des champs de betterave, une industrie textile en effondrement, un désert intellectuel et des gens courageux. Pendant que certains élus, qui avaient trouvé intelligent
de bien s’entendre, enjolivaient la ville sans penser qu’un jour peut être, des touristes ou des étudiants pourraient passer par là. Un sénateur-Président du conseil départemental – Philippe Adnot, entouré de la Chambre de Commerce, d’une équipe performante et motivée et d’un industriel local, réfléchissaient au moyen de redynamiser ce territoire en déshérence. La proposition a fait sourire par son incongruité : en faire une ville universitaire. Oh, ils ont commencé modestement, en développant l’IUT, puis une antenne de l’université de Reims, puis plus osé en transformant la mini-école de commerce post bac en Ecole Supérieure de Commerce, qui deviendra après bien des difficultés et d’argent investi le Groupe ESC, et enfin en 1992 le truc invraisemblable : créer de toute pièce une grande Université de Technologie.

Que n’avons nous entendu « c’est la grenouille qui veut se faire plus grosse que le bœuf ». Pour créer une université il faut d’abord une entité juridique qui la portera, ce sera l’ADUTT : Association pour le Développement de l’Université de Technologie de Troyes. Des collectivités locales, des entreprises, de simples bonnes volontés en seront membres et la doteront d’un petit capital, ce qui servira essentiellement à montrer au ministère la réelle volonté locale de mener à bien ce projet. Philippe Adnot s’est montré très convaincant et le ministre François Fillon s’est laissé convaincre. C’est ainsi que nous avons connu la première rentrée de l’UTT sur le modèle, et sous l’aile protectrice de l’UTC – Compiègne, en 1994. La suite vous la connaissez, l’UTT a pris de l’embonpoint, comme l’ESC, l’EPF est venu sur le campus, puis dernièrement ESTP. C’est maintenant près de 11 000 étudiants, des centaines de professeurs et de chercheurs, et Troyes est devenue la 21 ème ville étudiante de France, classée 3 ème « ville où il fait bon étudier ». Petite discussion entre le-dit industriel local et le sénateur :

– Maintenant que l’UTT existe, on peut dissoudre l’ADUTT qui ne sert plus à rien !
– Une association très souple et réactive peut rendre des services, avec d’autres industriels je pourrais renforcer les fonds propres, et en faire un fond d’aide aux étudiants et profs de l’UTT.

C’est comme ça que Cyril Grandpierre – PDG de Dubix-Electrolux et Vice Président du Groupe Electrolux – en est devenu le président et que l’association a pu dépanner près d’un
millier de personnes en mettant sur la table de petites sommes, ou des garanties, qui bout à bout avoisinent le million d’euro.

L’adutt en action

Lors de l’ouragan Katrina, un élève en stage à la Nouvelle Orléans a tout perdu. Le lendemain, il recevait de l’ADUTT un mandat international. Lorsqu’une élève, en stage à Bangkok, a brutalement appris le décès de ses parents en France, l’ADUTT lui a envoyé dès le lendemain les fonds nécessaires pour payer son billet d’avion.

Depuis 2017 :
Changement d’orientation

Depuis 2017, l’ADUTT a décidé de changer d’orientation et devenir facilitateur de projets et de créations des étudiants, avec un jeune président, Julien Crozat, ingénieur UTT, qui a créé son entreprise à Troyes dans les nouvelles technologies et la communication : Zetruc.

Aujourd’hui l’ADUTT soutient les étudiants dans leurs différents projets et subventionne & soutient les initiatives qui leur permettent de s’intégrer à l’économie locale et d’y créer de la richesse.

720 231 € versés à 670 élèves en 24 ans
dont 552 prêts et 118 dons, sans compter les remboursements de frais, aides aux associations étudiantes et les nombreuses cautions.
près de 1000
personnes aidées
près de 1 M€
versés en dons, prêts, remboursements et cautions, aux étudiants, enseignants et personnel

Nous avons reçus l’aide efficace de Denise Adam qui assurait bénévolement notre secrétariat, et des remerciements venant de 3 étudiants en 20 ans, 1 enseignant, et … c’est tout ! Par contre beaucoup d’étudiants ont disparus, probablement rentrés dans leur pays d’origine, en oubliant de rembourser leur prêt, et un a eu le droit à une saisie sur salaire (confortable) ordonnée par le juge.
Il était prévu au départ que les membres de l’ADUTT majoritairement issus du secteur marchand, pour beaucoup chefs d’entreprises, puissent apporter conseils et assistance à la direction de l’UTT dans l’approche de ce monde qui est étranger aux universitaires. Les fonds venaient pour une partie des donations de collectivités locales qui restaient après la création de l’UTT, mais qui ont été dépensés les premières années et surtout des cotisations d’entrepreneurs comme Paul Gesp, ou Cyril Grandpierre, et enfin de membres individuels.

Le Président de mon Groupe me demandait avec curiosité :« Pourquoi développer votre usine au milieu des champs de betteraves ? »
Réponse immédiate :« Parce-que notre avenir passe par la high-tech et que avons au bout du champ de betteraves une grande Université de Technologie avec tous les chercheurs et labos qui nous aideront. »
Menteur ou visionnaire, rien n’existait ?   Après cela je me suis retrouvé de tous les combats aux cotés de Philippe pour créer l’UTT.
5 ans plus tard quand le Président du Groupe est venu visiter l’usine j’ai pu lui faire visiter aussi l’Université en question et ses laboratoires.
L’ADUTT a été la structure juridique permettant de mener à bien une telle opération.

Faites avancer les métiers du futur !

 

Cyril Grandpierre — Président de l’ADUTT